Eldorado - Laurent Gaudé

Publié le par Mimi

eldorado.jpgNe vous y trompez pas. Cette couverture aux couleurs vacances cache un livre rempli de larmes et de souffrance.
Mais d’espoir aussi.
 
« L’herbe sera grasse et les arbres chargés de fruits. De l’or coule au fond des ruisseaux, et des carrières de diamants à ciel ouvert réverbèreront les rayons de soleil. Les forêts frémiront de gibier et les lacs seront poissonneux. Tout sera doux là-bas. Et la vie passera comme une caresse. L’Eldorado... »
 
Eldorado, c’est l’histoire de Boubakar et Souleiman. Dans leurs yeux brillent l’espérance d’un ailleurs et d’un meilleur. Ils ont quitté la misère pour forcément quelque chose de mieux. Même si cela doit prendre des années. Même si à chaque pas, on perd un peu de ce que l’on a été.
C’est l’histoire aussi de celui qui surveille les portes de l’Europe, Salvatore, commandant de frégate chargé de récupérer les migrants perdus en mer, et pour qui ce flot de regards désespérés devient un jour insupportable.
 
« … Cela a commencé lorsque cette femme m’a abordé dans les ruelles du marché de Catane, pensa-t-il. C’est cela, au fond, qu’elle est venu me dire : qu’il était temps de me mettre en route… »
 
Histoires d’hommes qui veulent échapper à une réalité qui les écrase. Les raisons sont différentes. Les blessures, elles, pour tous seront profondes.
 Ils se croiseront à Ghardaïa, chacun fuyant ce que l’autre voudrait atteindre puis s’en iront rejoindre leur destin.
 
« … Nous y sommes presque. Il ne reste plus qu’un grille à monter… Je voudrais sourire car je me sens une force de titan. J’ai sauté sur l’Europe. J’ai enjambé des mers et des montagnes… »
 
Les mots de Laurent Gaudé sont à la fois terribles et paisibles. Pas de complaisance, pas d’apitoiement. Pas de leçon de morale non plus. Justes des images fortes pour montrer ce que peut être la détermination, le désir de survivre, de prendre sa vie en main, envers et contre tout, sans jamais perdre sa dignité.
 
« La volonté rend beau et devant la beauté,
l’homme, heureusement, a encore le réflexe,
parfois, de se mettre à genoux. »
 
 
 

Publié dans lu - vu - écouté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article