Portrait #1 : Simone Veil

Publié le par David

SimoneVeil.JPGSimone Veil
Nationalité : française
Date de Naissance : 13 juillet 1927


Biographie expresse :

Simone Veil a dû gagner le respect de ses pairs et du peuple pour être aujourd’hui membre du Conseil constitutionnel.

Déportée à seize ans à Auschwitz avec sa mère et sa sœur, elle vit l’invivable. Sa mère meurt du typhus. Simone Veil, quant à elle, reçoit la protection d’une garde polonaise, qui lui permet de travailler dans une usine Siemens puis dans la cuisine des SS. Elle est sauvée en janvier 1945 et se rend à Paris.
 
 
Simone Veil - Histoire Shoa - 1
 

Simone Veil - Histoire Shoa 2

Des études de droit derrière elle, elle décide de devenir magistrate. Jusqu’au début des années 1970, elle n’entre pas en politique. Avant de devenir ministre de la santé de Giscard.

Cette nomination n’est pas le fait du hasard : Giscard sait ce qu’elle pense de l’interdiction de l’avortement et la soutient. Il sait l’inégalité que cette interdiction provoque, entre celles qui ont les moyens d’avorter à l’étranger et celles qui prennent de gros risques à cause de l’avortement clandestin.

L’assemblée nationale qu’elle doit convaincre est une ligue d’hommes politiques réactionnaires. On l’insulte, on s’en prend à ses origines juives, mais Simone Veil se bat. Le soutien de femmes célèbres, le remous que provoque ce débat dans l’opinion publique finit par convaincre les députés d’en finir avec l’ignominie : l’avortement est légalisé.

Extrait des débats de l'assemblée nationale, pour la loi contre l'avortement, défendue et portée par Simone Veil

Depuis, Simone Veil est entourée d’une aura symbolique. Celle qui lui permet de devenir la première femme Présidente du Parlement européen. Aujourd’hui européaniste convaincue, elle a également été élue membre du Conseil constitutionnel.

Biographie plus complète sur le site
Wikipédia, ou encore, en dates, sur le site du Conseil Constitutionnel

Comme beaucoup de personnes, impliquées ou non, portant certaines idées de la démocratie, en tout cas des valeurs de la République, je voulais reconstituer là le portrait, sans parti pris, d'une femme qui représente et a longtemps représenté toutes ces valeurs. Cette "Robert Badinter" de la droite, dans l'imaginaire collectif, a toujours représentée la personne politique dans son intégrité, loin de la politique "dégueu" et dont le nom restera à jamais accolé à une grande avancée sociétale.
Mme Veil a rejoint, très tôt dans la campagne présidentielle 2007 le candidat de droite, devenu nouveau Président, Nicolas Sarkozy, et ce malgré les nombreuses propositions faites dans son programme, à priori "contraires" à la pensée de Mme Veil (lire ici l'article de Libération du 16 mars dernier) fustigeant par là même le parti (et l'homme qui l'incarne) dont elle a toujours fait partie, l'ex-UDF, encore très récemment dans le cadre de son soutien aux divers candidats UMP pour les législatives (article du Monde le 31 mai dernier).
Je tenais à faire le portrait de cette femme, tentant au mieux de résister à la polémique qu'elle inspire ces derniers temps, plus qu'une polémique, je dirai une incompréhension globale... J'estime cette grande dame, mais voilà, depuis la composition du gouvernement Fillon, un ministère de l'immigration a bien été créé... Mme Veil ne s'est jamais exprimé sur les propos tantôt "racistes", tantôt "génétiquement extrêmistes" sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, non, elle ne s'est jamais exprimé sur cela, hormis de dire que Monsieur Sarkozy disposait du "parler du peuple, que c'est un homme honnête, droit et franc"...
Alors oui, en simple citoyen, immigrant comme nous tous, je me laisse aller à cette seule question : l'honnêteté, la franchise, la droiture, que sont ces vertues si elles parlent le language de la haine, ou tout simplement de l'exclusion ?
Je rends hommage à Mme Veil, mais je vous le dis, madame, je ne comprends pas...

Publié dans raconte moi la France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thaïs 04/07/2007 12:06

Oui j'avoue moi aussi nepas comprendre la position de Madame Veil, une femme que j'admire. Une Femme. J'ai beau retourner le problème dans tous les sens je ne comprends pas son soutien au nabot et à sa politique de.... qui a abouti, entre autres, à la nomination d'une boutin, cette honte pour les femmes.... Un de ces jours je vais me fendre d'une lettre à Madame Veil. Ce jour approche, je le sens....

Mimi au boulot 14/06/2007 13:54

Merci pour ce portrait...